Traitement de la dépression périnatale et développement de l’enfant

Pays de mise en œuvre:

Pakistan

Sites :

Gujarkhan / Rawalpindi District/Punjab, Pakistan

Kallar Syedan /Rawalpindi District/Punjab, Pakistan

Rural / urbain / péri-urbain :

Rural

Bénéficiaire cible :

  • Femmes enceintes
  • Mères
  • 0-2 ans

Prestateurs intermédiaires :

  • Travailleuse en soins de santé / travailleur en soins de santé communautaire
  • Soignant

Objectif :

Améliorer la prestation de soins en réduisant la dépression périnatale.

Description de l’innovation :

« Programme penser sainement » (PPS), basé sur des techniques de thérapie comportementale cognitive administrée par des professionnels de la santé (autres qu’en santé mentale) en milieu communautaire pour traiter la dépression périnatale.

Étape de l’innovation :

Démonstration de principe

Traitement de la dépression périnatale et développement de l’enfant

Sites

Gujarkhan / Rawalpindi District/Punjab, Pakistan

Kallar Syedan /Rawalpindi District/Punjab, Pakistan

Rural / urbain / péri-urbain

Rural

Bénéficiaire cible

  • Femmes enceintes
  • Mères
  • 0-2 ans

Prestateurs intermédiaires

  • Travailleuse en soins de santé / travailleur en soins de santé communautaire
  • Soignant

Objectif

Améliorer la prestation de soins en réduisant la dépression périnatale.

Description de l’innovation

« Programme penser sainement » (PPS), basé sur des techniques de thérapie comportementale cognitive administrée par des professionnels de la santé (autres qu’en santé mentale) en milieu communautaire pour traiter la dépression périnatale.

Étape de l’innovation

Démonstration de principe

Résumé de l’innovation

La dépression périnatale touche entre 20 et 30 % des femmes dans les pays à faible revenu et constitue un facteur de risque pour le développement de l’enfant. Le « Programme penser sainement » (PPS) », qui est basé sur des techniques de thérapie comportementale cognitive, a aidé à réduire la dépression périnatale dans un contexte de faible niveau socio-économique1,2. Il a été administré au cours de la grossesse et pendant la première année après la naissance.

 Le PPS a été administré par des agents de santé communautaires (non spécialisés en santé mentale) appelés Lady Health Workers of Pakistan. Le programme consistait en 16 séances à domicile : à chaque semaine durant le dernier mois de la grossesse, trois séances durant le premier mois après la naissance, puis une fois par mois par la suite. Les séances comportaient de l’écoute empathique, une découverte guidée à l’aide d’images, et la collaboration avec la famille pour mobiliser le soutien de celle-ci. L’objectif du programme de suivi est de voir si l’intervention a eu des effets à long terme sur différents indicateurs cognitifs, socio-affectifs et physiques chez les enfants ayant aujourd’hui 7 ans.

Résumé de l’impact

Programme penser sainement (2008), phase formative et d’essai

  • 73 % des mères dans le groupe d’intervention contre 41 % dans le groupe témoin étaient remises d’une dépression 12 mois après la naissance.
  • Les femmes qui ont participé à l’intervention PPS avaient des niveaux plus élevés de soutien social, un meilleur fonctionnement, leurs nourrissons avaient moins d’épisodes de diarrhée et une meilleure couverture vaccinale.
  • Les deux parents dans le groupe d’intervention ont déclaré passer plus de temps chaque jour à des activités liées au jeu2.

Suivi actuel (sept ans plus tard)

  • Parmi les 964 mères et les 964 enfants visés par l’intervention initiale, 884 mères et 884 enfants ont été recrutés à nouveau et évalués.
  • 300 mères qui n’étaient pas déprimées lors l’essai de PPS prénatal et leurs enfants ont aussi été recrutés et évalués.

Innovation

Dans le cadre du Programme penser sainement (PPS), des Lady Health Workers (LHW) ont été formées pour administrer une intervention basée sur une thérapie cognitivo-comportementale (TCC) à des femmes déprimées, à compter du dernier mois de la grossesse et jusqu’à 12 mois après l’accouchement. L’intervention repose sur un modèle psychosocial et n’est pas présentée comme un « traitement » pour un « problème de santé mentale », mais plutôt comme un moyen d’améliorer la pensée positive et saine autour de la mère et du bébé. La prestation de l’intervention était pleinement intégrée à la pratique courante des efforts d’éducation communautaire existants sur la santé maternelle et infantile et se déroulait au domicile de la femme.

 L’intervention s’est étalée sur plus de 16 visites à domicile, divisées en 5 modules : 1) préparation à l’arrivée du bébé, 2) l’arrivée du bébé, 3) la petite enfance, 4) le milieu de la petite enfance et 5) la fin de la petite enfance. Chacun de ces modules est divisé en trois sections : a) la santé personnelle de la mère, b) la relation de la mère avec le bébé et c) la relation de la mère avec les gens autour d’elle. Au sein de chaque module, chaque séance fournie par la LHW à la maison emploie une approche en trois étapes qui se répète tout au long du programme :

Étape 1 : Apprendre à identifier la pensée malsaine : Afin de promouvoir une pensée saine, il est important d’être conscient des types courants de pensée malsaine ou inutile qui se développent progressivement à la suite de problèmes ou des expériences de la vie.

Étape 2 : Apprendre à remplacer la pensée malsaine par une pensée saine : L’identification de ces styles de pensée malsaine permet aux mères d’examiner comment elles se sentent et les mesures qu’elles prennent quand elles pensent de cette façon. Le programme aide les mères à remettre en question l’exactitude de ces pensées et suggèrent d’autres pensées qui sont plus saines. Ici, l’approche traditionnelle de la TCC a été modifiée en amenant toute la famille à proposer une pensée saine alternative. Ainsi, les membres de la famille peuvent aider la mère à contester et à remplacer la pensée malsaine par une pensée saine.

Étape 3 : Pratiquer la pensée et l’action saines : Le programme propose des activités et des devoirs pour aider les mères à pratiquer la pensée et l’action positive. Ces activités sont essentielles au succès du programme.

 Les mères reçoivent de l’éducation sur la santé et d’autres renseignements adaptés à leurs besoins individuels pour les aider à progresser entre les séances. Le point focal de ces activités est un « coin de santé » désigné, qui est choisi dans chaque maison, et un Calendrier de la santé de la mère et de l’enfant qui est remis à chaque famille. Ce calendrier, renfermant des messages clés picturaux et verbaux pour chaque séance, sert de repère visuel pour que toute la famille suive le programme entre les séances. En outre, le calendrier renferme des outils de suivi qui aident la mère à tracer son propre progrès et celui de son enfant tout au long du programme. Il est essentiel que la mère elle-même assure un suivi et fasse ses devoirs entre les séances. La progression entre les séances est discutée à la séance suivante.

Au cœur de la prestation du programme se trouve l’intégration des techniques de TCC (écoute active, collaboration avec la famille, découverte guidée de croyances alternatives et devoirs à effectuer pour appliquer ce qui a été appris) par les LHW. Il est également important que la formation soit structurée et normalisée. Ainsi, chacun des 5 modules comporte un cahier d’activités picturales spécialement conçu qui est utilisé par la formatrice pour le déroulement de la séance avec la mère. Chaque mère reçoit son propre cahier d’activités où les activités menées au cours de chaque séance sont notées.

Collaboration

Les bailleurs de fonds

Partenaires impliqués dans le suivi actuel :

  • Human Development Research Foundation (Pakistan)
  • Université Duke (États-Unis)
  • Université de Liverpool (Royaume-Uni)
  • (Université d’Essex (Royaume-Uni)

Méthodes d’évaluation

Dans l’intervention originale, des mères à 6 et 12 mois post-partum avaient été évaluées à l’aide du DSM-IV pour les épisodes dépressifs majeurs, dans le cadre d’un essai contrôlé randomisé. La santé de l’enfant, à la fois dans le groupe d’intervention et le groupe témoin, a été évaluée en mesurant le retard de croissance, l’exposition à l’allaitement maternel exclusif, le temps que les parents ont déclaré consacrer à des activités de jeu, et les épisodes diarrhéiques.

 Sept ans après le programme original, des dyades mère-enfant ayant participé à l’intervention ont été recrutées à nouveau. Un groupe témoin de dyades mère-enfant parmi les femmes qui n’étaient pas déprimées au moment de l’intervention originale a également été recruté. Les deux groupes ont été comparés pour une variété d’indicateurs de santé cognitive, socio-affective et physique.

 L’impact de l’intervention sur la croissance physiques, la cognition, le langage et la capacité socio-émotionnelle des enfants sera mesuré. En outre, l’équipe du projet recueillera beaucoup de données sur le développement socio-affectif, y compris les symptômes d’anxiété de l’enfant et le contexte familial, tels que la sévérité des parents, l’environnement à la maison, etc.

 Enfin, des données qualitatives seront recueillies grâce à des discussions de groupe avec la LHW qui a administré l’intervention PPS originale. Cela aidera à déterminer si l’intervention THP peut être durable.

Références

  1. Rahman A. (2007) Challenges and opportunities in developing a psychological intervention for perinatal depression in rural Pakistan – a multi-method study. Arch Womens Ment Health 2007; 10: 211-9.
  2. Rahman A., et al. (2008) Cognitive behaviour therapy-based intervention by community health workers for mothers with depression and their infants in rural Pakistan: a cluster-randomised controlled trial. Lancet 2008; 372(9642): 902-9.

Gallerie

Resources

  • Instruments et piles

Sauver des cerveaux est un partenariat réunissant

Sauver des cerveaux est un partenariat réunissant